Sports autour du parapente

achat voile parapente

Vous aimez le parapente ; ce sport où cette sensation de liberté, de glisser dans le ciel tel un oiseau ; voire même ces sensations extrêmes pendant des acrobaties, vous gagnent à chaque fois. Découvrez d’autres sports très proches du parapente que vous pourriez aimer pratiquer au moins une fois dans votre vie. Des sports plus ou moins extrêmes pour tous les goûts !

Cage de pilotage

cage de pilotage

Une cage de pilotage est une combinaison du deltaplane et du parapente. En effet, on retrouve la voile sans frein, ni accélérateur reliée à une structure de pilotage qui permet de piloter l'aile sans création de traînée parasite. La cage de pilotage a été créée par Jean-Louis Darlet, un deltiste français, au début des années 1990. Il cherchait à combiner les qualités de pilotage du deltaplane (agrément, précision, élégance) et le faible encombrement d'un parapente (rangement et transport dans un sac à dos). Sous ce cadre, le pilote est suspendu à un unique mousqueton (de sécurité renforcée). Le pilote manœuvre la cage par l'intermédiaire de deux poignées en forme de lyres. Ce point d'accroche unique octroît par ailleurs au pilote un confort extraordinaire dans les turbulences. Du fait de l'unicité du point d'accrochage, le pilote peut incliner la cage, et donc gouverner l'aile aussi bien en assiette (incidence) qu'en roulis. Le contrôle de l'assiette agit sur la vitesse, on pivote les lyres vers l'arrière pour piquer et accélérer, on les pivote vers l'avant pour cabrer et ralentir. Le contrôle du roulis permet la mise en virage, la main s'abaisse du côté où l'on veut tourner.

Speed-flying

speed flying

Le speed-flying ou vol de proximité est une pratique très dangereuse où le but est de voler plus ou moins près du sol et de jouer avec les reliefs. Il est possible de pratiquer le speed-flying avec une aile de parapente mais il est vrai que la plupart des pratiquants possèdent des mini-voiles spéciales piqueuses et avec une petite surface pour plus de vitesse et de réactivité. Cependant, il est nécessaire de bien savoir maitriser sa voile avant de se lancer, car la proximité avec le sol fait que toute chute ou collision peut être fatale.

Speed-Riding

speed riding

Le speed-riding se rapproche beaucoup du speed-flying et du parapente. Cette pratique associe la mini-voile et le ski. Le principe est de rester au sol en allant le plus vite équipé d’une voile de faible surface en alternant la glisse et le vol. Grâce à cette mini-voile (entre 7 et 14m²), les speed-rider peuvent accéder à des endroits dont ils n’auraient pas eu accès normalement.

La Fédération française de vol libre (FFVL), donne la définition suivante de ce sport : « Le speed-riding est une forme de pratique hivernale du parapente. Le décollage et l'atterrissage, se faisant sur des terrains enneigés, imposent d'avoir des skis aux pieds. Les voiles utilisées ont une surface allant de 8 à 12 m2 et permettent d'alterner des phases de vol et, lorsque le terrain le permet, des phases de contact avec le sol. »

Ce sport est apparu au début des années 2000 en France et la première école a été créée en 2004 à Valfrejus, station de sports d’hiver en Savoie.

Le Speed-riding est cependant d’une activité assez accidentogène et dangereuse (comme le speed-flying) du fait de la vitesse de glisse. D'octobre 2010 à septembre 2011, sur les 2691 pratiquants licenciés auprès de la FFVL, 26 déclarations d'accidents ont été enregistrées, 6 accidents graves et 2 décès.

Paramoteur

paramoteur

Le paramoteur est un aéronef composé d’une voile de parapente et d'un moteur léger avec une hélice, intégré à une cage de protection portée sur le dos du pilote offre la poussée nécessaire au décollage et au vol. Le décollage se fait à pied ou assis sur un chariot équipé de roues ou de skis. Il existe des paramoteurs à une ou à deux places pour la pratique seul ou en biplace (notamment pour les baptêmes).

Sa combinaison entre l’ULM et le parapente, moteur et voile, fait de cette pratique l’une des plus sûre de sa catégorie. Il peut voler entre 40 et 50 km/h et est très facile à piloter. Pour cela, il suffit de tirer sur les freins (poignées raccordées à la voile par des suspentes) pour s’orienter (comme le parapente) et d’augmenter ou de réduire les gaz pour prendre plus ou moins d’altitude.

Si les conditions météorologiques et aérologiques sont bonnes pour voler, la seule et unique contrainte est de voler à proximité d’une zone posable pour un atterrissage en douceur grâce à la voile.

Deltaplane

deltaplane

Le deltaplane ou aile delta est un aéronef de vol libre avec une toile triangulaire et une structure en métal ou carbone à aile souple.

Le deltaplane et le parapente font parfois l’objet de comparaison mais c’est tout de même une pratique assez différente du parapente.  De part sa structure et sa forme, le deltaplane est un engin qui permet plus de choses que le parapente. En effet, il est possible de voler plus souvent en delta qu’en parapente grâce à sa vitesse pouvant aller jusqu’à 140 km/h et faire des distances plus élevées qu’en parapente. Cette vitesse engendre un décollage et un atterrissage plus mouvementés qu’en parapente, pour certains, signe d’insécurité et d’autres plaisir et sensations.

Base-jump

base jump

Le base-jump est un sport extrême qui consiste à sauter en parachute d’un immeuble, antenne, pont, falaise, montagne, … (non depuis un aéronef). Il combine plusieurs sports : parachutisme, parapente, alpinisme, précision d’atterrissage, …).

Pas besoin de vous faire un dessin, pour vous faire comprendre que ce sport est extrêmement dangereux. Dans le monde, on trouve entre 8000 et 10000 pratiquants, 300 en France, dont une trentaine se tuent chaque année dans le monde.

Carl Boenish, américain, est souvent considéré comme le pionnier du base-jump. En France c'est Erich Beaud qui a fait le premier saut de falaise en 1989 et qui a ensuite réalisé et ouvert de nombreux autres sauts et qui est indiscutablement le grand pionnier français de cette activité.

Vol wingsuit

base jump

Le vol wingsuit est une forme de base-jump. La seule différence est que les pratiquants sont habillés d’une combinaison de saut souple en forme d’aile. Elle se gonfle d’air dans les premières secondes du saut et cela permet d’augmenter leur portance en réduisant leur vitesse de chute et en la transformant en vitesse horizontale. Bien sûr, il est toujours nécessaire à la fin du vol de déclencher son parachute pour atterrir.

(Ok, on avoue celui-là se rapproche pas trop du parapente !)

Nous espérons que, maintenant, vous en savez plus sur les différents sports autour du parapente. Pour les amateurs de sensations fortes, il existe pour ces activités, des organismes sportifs qui proposent de découvrir ces sports. Alors, sautez le pas et offrez-vous de grosses montées d'adrénaline !